Ma journée en images #1

Bonjour à tous !
Pour commencer la semaine en beauté, je vous propose d’inaugurer une nouvelle catégorie sur le blog. Ce type d’article fleurit sur la blogosphère et j’hésitais à suivre l’exemple. Et puis comme ma journée de samedi s’y prêtait plutôt bien, voici un donc un premier essai, j’espère qu’il vous plaira !

image

9H30, le réveil sonne ; je paresse une petite demi-heure au lit, sous un soleil matinal bien agréable, en relisant le premier tome de Game of thrones. C’est déjà la cinquième ou sixième fois en sept ans, mais je ne m’en lasse pas. Nous en reparlerons bientôt, un article est en préparation sur le sujet !

 

Enfin levée, je pars courir au bois de Vincennes. Depuis que j’habite près de cet endroit merveilleux, j’aime aller m’y balader, faire du vélo, et même courir, moi qui détestais ça auparavant. Je vous préparerai un article sur ma routine jogging si cela vous intéresse. En ce moment, les couleurs des arbres sont magnifiques et méritent qu’on lève le nez du chemin de temps en temps pour les admirer !

image

image

 

 

 

 

Quand je rentre chez moi, je meurs de faim ! Je me prépare, j’attrape un vélo et je file rejoindre deux amies qui m’attendent pour un brunch.

Direction le Barbershop, que je vous recommande vivement pour un brunch dominical. L’équipe est adorable, on est hyper bien installés dans des fauteuils et canapés moelleux, la salle est cosy et très calme, bien loin de ce que proposent beaucoup de brunchs parisiens le dimanche. Nous nous sommes régalées, d’un english brunch pour elles, d’un american brunch pour moi. Après une très copieuse assiette salée – salade, œufs pochés, bagels bacon, pommes sautées – c’est l’heure du dessert : salade de fruits, fromage blanc et granola, et enfin un gâteau au choix, j’ai jeté mon dévolu sur le cheesecake et je ne le regrette vraiment pas, il était excellent.

imageimage

 

 

 

 

 

Profitant du beau temps, je rejoins ensuite le Gentleman pour aller faire un tour en ville. Je ne me lasse pas des jolies couleurs de la place de la mairie, des petites rues super calmes et des beaux immeubles qui donnent un charme presque anglais aux rues du quartier.

image

image

 

 

 

 

 

 

imageUne dame vend des confitures devant une pâtisserie. Responsable de la marque Le Jardin des gourmandises, elle nous explique qu’elle les prépare seule, choisit ses fruits avec amour et bannit tout produit industriel, colorant ou conservateur de ses recettes, très originales par ailleurs. Après plusieurs dégustations sur de petites crêpes, nous réussissons à ne repartir qu’avec trois pots – marrons, poires et épices à vin chaud, abricots et amandes, rhubarbe et amandes – que j’ai bien hâte de gouter !

Après une pause bien méritée à la maison, nous reprenons un vélo et nous partons nous promener à Bercy village. J’adore cet endroit, les petites boutiques et les restaurants, certes un peu attrape touristes ; malgré le monde qui court partout, l’architecture de cette rue me fait craquer, et j’arrive à prendre quelques photos sans trop de monde au premier plan. Un petit détour par l’entrée du passage de l’Yonne et nous voilà au cinéma pour bien terminer la journée. Nous sommes allés voir Maintenant ou jamais, et je vous avoue que j’ai été un peu déçue. Leila Bekhti et Nicolas Duvauchelle jouent vraiment très bien, mais les invraisemblances du scénario m’ont trop gênée pour que j’ai pu réellement en profiter.

Bercyugc

Courez voir Sils Maria !

Il m’a fallu voir à plusieurs reprises la bande-annonce du petit dernier d’Olivier Assayas, Sils Maria, pour me décider. A première vue, cette dernière m’avait semblé bien sombre, qu’il s’agisse des paysages comme des personnages, et très compliquée, à tel point que je n’avais pas distingué la « fiction » de la « réalité » du film. Et puis, carte illimitée oblige, cette bande-annonce je l’ai vue, revue et digérée, si bien qu’elle a su me convaincre. Grand bien m’en a pris ; je n’aime pas trop m’avancer, mais ce film restera probablement un de mes coups de cœur de l’année.

sils affiche

Juliette Binoche incarne avec brio Maria Enders, une comédienne renommée, confrontée à son passé lorsqu’elle accepte de reprendre la pièce qui l’a fait connaître plus de vingt ans auparavant. Elle y jouait alors Sigrid, une jeune femme aussi fascinante que dangereuse, séduisant une femme mure, Héléna, avant de la pousser au suicide. Or aujourd’hui, c’est Héléna qu’un metteur en scène lui demande d’incarner.

A l’image des paysages – qui y sont admirablement mis en valeur – le film est sombre, et l’atmosphère pesante. Dès les premières minutes, Maria, dont on apprend qu’elle est en plein divorce, doit affronter à la mort de Wilhelm Melchior, l’auteur de la pièce et son premier metteur en scène. Autour d’elle gravite Valentine, officiellement son assistante personnelle, qui assume également le rôle de confidente, voire d’amie ; loin de ce qu’on a déjà pu la voir jouer, Kristen Stewart est bluffante aussi bien par son look épuré que par son attitude pas très assurée. Lorsque Maria et Valentine se rendent à Sils Maria, ancienne résidence de Melchior, et décor de la pièce, pour que l’actrice y travaille son nouveau rôle, le film se mue petit à petit en un huis-clos fascinant alors même que la mise en scène des relations entre Sigrid et Héléna confronte Maria et Valentine à leurs propres angoisses et contradictions et à l’ambiguïté de leur relation. L’apparition de Jo-Ann Ellis – Chloë Grace Moretz -, la nouvelle Sigrid, incarnée par une jeune starlette de blockbuster à la réputation sulfureuse, termine de bouleverser Maria ; à l’opposé de la Sigrid qu’avait incarné auparavant Maria, Jo-Ann Ellis, malgré tout convaincante, renvoie Maria encore un peu plus à son passé.

Qu’il questionne les rapports humains, l’angoisse des années, l’irruption d’internet dans notre société ou les caprices de la renommée, Sils Maria est un film beau, prenant et émouvant que je ne peux que vous encourager à aller, vous aussi, visionner.