Du canapé aux grandes foulées

J’aurais aussi pu intituler cet article « comment je me suis mise à la course avec succès », c’était plus accrocheur, mais un poil trop long à mon goût. Bref, aujourd’hui je voudrais partager avec vous mon expérience de la course, qui convaincra je l’espère même les plus frileuses.

wpid-wp-1410721333613.jpeg

En premier lieu, ce qu’il faut savoir, c’est que je partais de très loin – pour être honnête, je ne pense pas que j’aurais pu partir de plus loin – et que si vous êtes dans le même cas, cela ne doit pas vous décourager. J’ai toujours été nulle en sport, et j’ai toujours détesté ça, sans que je sache vraiment quelle cause a entraîné l’autre. Bref, à presque trente ans – ouch – je fais de la danse une fois par semaine depuis quelques années. J’adore, la prof est géniale, nous fait enchaîner les chorégraphies de danse africaine, cabaret, modern-jazz, salsa, le tout dans la bonne humeur générale, mais côté cardio c’est pas trop ça. Or pour diverses raisons, du cardio j’en ai fichtrement besoin. Il y a quelques mois, j’ai déménagé pas très loin du bois de Vincennes, j’y ai vu un signe.

Après avoir digéré le processus – il faudrait que tu te mettes à la course > les conditions sont enfin réunies pour que tu te mettes à la course > bon ok allez, je vais me mettre à la course -, je me suis un peu renseignée. Je savais bien que si j’allais courir, comme ça, sans plan d’attaque, ni planning de progression, j’arriverai uniquement à me dégoûter dès la deuxième fois (oui, je suis optimiste, c’est comme ça !). Et c’est comme ça que je me suis souvenue de cet article de Caro. Ni une ni deux, j’ai téléchargé l’application – gratuite – C25KFree. Je m’y plonge, et je découvre le principe : le nom de l’application, C52K, déjà, est évocateur : c’est une abréviation de Couch to 5 km. Autrement dit, comment passer des inénarrables après-midi canapé à une course de 5 km. Chiche je me dis ! En détails, pour y arriver l’application propose des séances de fractionné – on court, on marche, on court – très TRÈS progressives. Par exemple, pour les trois séances de la première semaine, on alterne 60 secondes de course avec 90 secondes de marche. Je me lance un dimanche matin de grand enthousiasme. 30 minutes avalées, même pas essoufflée. Certes, ça n’était pas un grand exploit, mais c’était pile ce qu’il me fallait pour me motiver. Depuis, j’y vais régulièrement, et je progresse vraiment – et oui, ça y est, je commence à rentrer (un poil) rouge et essoufflée – ; j’essaye de m’en tenir à mes trois séances par semaine, même si ça devient de plus en plus compliqué de courir le soir (le temps que je rentre il fait déjà presque nuit), et comme le matin pour moi c’est sacré, je n’ai pas encore accepté l’idée de me lever plus tôt exprès, mais ça viendra peut être ! J’en suis donc au milieu de la cinquième semaine sur – en théorie – huit ou neuf. Mon prochain entrainement : 8 minutes de course, 5 minutes de marche, 8 minutes de course. Cela doit paraître ridicule pour toute vraie joggeuse qui se respecte, mais je vous assure que pour moi c’est pas si mal.

Si pour tout un tas de raisons vous avez envie de vous mettre à la course, mais que vous n’osez pas, je vous recommande vraiment cette méthode, que je trouve – pour l’instant – idéale pour moi. Je vous laisse avec quelques photos de mon parcours – passer trente minutes dans ce joli bois est au moins pour 40% dans ma motivation lorsque je démarre une séance ! – et je vous donne rendez-vous aux 5 km pour un autre bilan. En attendant, si vous suivez cette méthode, ou une autre qui vous convient, n’hésitez pas à venir m’en parler, je suis preneuse de toutes vos idées ! Et si vous voulez courir virtuellement accompagnée, rejoignez vous aussi la joyeuse #happyrunningcrew menée par la jolie Chloé.wpid-wp-1411144389435.jpegwpid-wp-1410721337776.jpegwpid-wp-1411144385481.jpeg

Ma journée en images #1

Bonjour à tous !
Pour commencer la semaine en beauté, je vous propose d’inaugurer une nouvelle catégorie sur le blog. Ce type d’article fleurit sur la blogosphère et j’hésitais à suivre l’exemple. Et puis comme ma journée de samedi s’y prêtait plutôt bien, voici un donc un premier essai, j’espère qu’il vous plaira !

image

9H30, le réveil sonne ; je paresse une petite demi-heure au lit, sous un soleil matinal bien agréable, en relisant le premier tome de Game of thrones. C’est déjà la cinquième ou sixième fois en sept ans, mais je ne m’en lasse pas. Nous en reparlerons bientôt, un article est en préparation sur le sujet !

 

Enfin levée, je pars courir au bois de Vincennes. Depuis que j’habite près de cet endroit merveilleux, j’aime aller m’y balader, faire du vélo, et même courir, moi qui détestais ça auparavant. Je vous préparerai un article sur ma routine jogging si cela vous intéresse. En ce moment, les couleurs des arbres sont magnifiques et méritent qu’on lève le nez du chemin de temps en temps pour les admirer !

image

image

 

 

 

 

Quand je rentre chez moi, je meurs de faim ! Je me prépare, j’attrape un vélo et je file rejoindre deux amies qui m’attendent pour un brunch.

Direction le Barbershop, que je vous recommande vivement pour un brunch dominical. L’équipe est adorable, on est hyper bien installés dans des fauteuils et canapés moelleux, la salle est cosy et très calme, bien loin de ce que proposent beaucoup de brunchs parisiens le dimanche. Nous nous sommes régalées, d’un english brunch pour elles, d’un american brunch pour moi. Après une très copieuse assiette salée – salade, œufs pochés, bagels bacon, pommes sautées – c’est l’heure du dessert : salade de fruits, fromage blanc et granola, et enfin un gâteau au choix, j’ai jeté mon dévolu sur le cheesecake et je ne le regrette vraiment pas, il était excellent.

imageimage

 

 

 

 

 

Profitant du beau temps, je rejoins ensuite le Gentleman pour aller faire un tour en ville. Je ne me lasse pas des jolies couleurs de la place de la mairie, des petites rues super calmes et des beaux immeubles qui donnent un charme presque anglais aux rues du quartier.

image

image

 

 

 

 

 

 

imageUne dame vend des confitures devant une pâtisserie. Responsable de la marque Le Jardin des gourmandises, elle nous explique qu’elle les prépare seule, choisit ses fruits avec amour et bannit tout produit industriel, colorant ou conservateur de ses recettes, très originales par ailleurs. Après plusieurs dégustations sur de petites crêpes, nous réussissons à ne repartir qu’avec trois pots – marrons, poires et épices à vin chaud, abricots et amandes, rhubarbe et amandes – que j’ai bien hâte de gouter !

Après une pause bien méritée à la maison, nous reprenons un vélo et nous partons nous promener à Bercy village. J’adore cet endroit, les petites boutiques et les restaurants, certes un peu attrape touristes ; malgré le monde qui court partout, l’architecture de cette rue me fait craquer, et j’arrive à prendre quelques photos sans trop de monde au premier plan. Un petit détour par l’entrée du passage de l’Yonne et nous voilà au cinéma pour bien terminer la journée. Nous sommes allés voir Maintenant ou jamais, et je vous avoue que j’ai été un peu déçue. Leila Bekhti et Nicolas Duvauchelle jouent vraiment très bien, mais les invraisemblances du scénario m’ont trop gênée pour que j’ai pu réellement en profiter.

Bercyugc