Courez voir Sils Maria !

Il m’a fallu voir à plusieurs reprises la bande-annonce du petit dernier d’Olivier Assayas, Sils Maria, pour me décider. A première vue, cette dernière m’avait semblé bien sombre, qu’il s’agisse des paysages comme des personnages, et très compliquée, à tel point que je n’avais pas distingué la « fiction » de la « réalité » du film. Et puis, carte illimitée oblige, cette bande-annonce je l’ai vue, revue et digérée, si bien qu’elle a su me convaincre. Grand bien m’en a pris ; je n’aime pas trop m’avancer, mais ce film restera probablement un de mes coups de cœur de l’année.

sils affiche

Juliette Binoche incarne avec brio Maria Enders, une comédienne renommée, confrontée à son passé lorsqu’elle accepte de reprendre la pièce qui l’a fait connaître plus de vingt ans auparavant. Elle y jouait alors Sigrid, une jeune femme aussi fascinante que dangereuse, séduisant une femme mure, Héléna, avant de la pousser au suicide. Or aujourd’hui, c’est Héléna qu’un metteur en scène lui demande d’incarner.

A l’image des paysages – qui y sont admirablement mis en valeur – le film est sombre, et l’atmosphère pesante. Dès les premières minutes, Maria, dont on apprend qu’elle est en plein divorce, doit affronter à la mort de Wilhelm Melchior, l’auteur de la pièce et son premier metteur en scène. Autour d’elle gravite Valentine, officiellement son assistante personnelle, qui assume également le rôle de confidente, voire d’amie ; loin de ce qu’on a déjà pu la voir jouer, Kristen Stewart est bluffante aussi bien par son look épuré que par son attitude pas très assurée. Lorsque Maria et Valentine se rendent à Sils Maria, ancienne résidence de Melchior, et décor de la pièce, pour que l’actrice y travaille son nouveau rôle, le film se mue petit à petit en un huis-clos fascinant alors même que la mise en scène des relations entre Sigrid et Héléna confronte Maria et Valentine à leurs propres angoisses et contradictions et à l’ambiguïté de leur relation. L’apparition de Jo-Ann Ellis – Chloë Grace Moretz -, la nouvelle Sigrid, incarnée par une jeune starlette de blockbuster à la réputation sulfureuse, termine de bouleverser Maria ; à l’opposé de la Sigrid qu’avait incarné auparavant Maria, Jo-Ann Ellis, malgré tout convaincante, renvoie Maria encore un peu plus à son passé.

Qu’il questionne les rapports humains, l’angoisse des années, l’irruption d’internet dans notre société ou les caprices de la renommée, Sils Maria est un film beau, prenant et émouvant que je ne peux que vous encourager à aller, vous aussi, visionner.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s